Et bam ! Vous vous êtes fait avoir par un titre racoleur, une fois de plus. Evidemment, l’objet de cet article n’est pas de savoir si votre BAR pourrait défier Gérard Depardieu au bar ou si votre B725 Grade 5 a lui aussi des gueules de bois. L’objet de cet article est tout autre. A l’heure où le Covid nous impose de nous laver les mains plus régulièrement que d’accoutumée, le gel hydro-alcoolique peut-il nuire à votre arme ? Nous apportons quelques éléments de réponse.

Avant d’être envoyées aux quatres coins de la planète chasse et tir, les armes Browning subissent toute une série de tests particulièrement sévères, appelés « tests BACO ». Ces tests portent sur la sécurité, la fiabilité et la précision des armes. Mais aucunement sur leur capacité à résister à une solution contenant jusqu’à 70% d’alcool. Or, un contact répété entre cette solution et divers matériaux peut avoir des conséquences.

Bois

Le gel hydro-alcoolique attaque le bois et surtout le vernis. Il est donc vivement recommandé de bien se sécher les mains après avoir mis du gel et avant de saisir sa crosse en bois. Diverses recettes de grand-mère vous indiquent que faire si vous constatez l’apparition d’une tâche liée au gel. Le mieux restant toutefois de faire confiance à votre armurier qui déploiera des trésors d’ingéniosité pour rendre à votre crosse sa splendeur pré-Covid.

Composite

L’éthanol, la substance tuant les bactéries et les inhibitions, s’en prend également aux matières plastiques. Son application répétée accélère la dégradation des polymères et donc de votre crosse composite. A la longue, le plastique risque de décolorer. Ici aussi, pensez à bien sécher vos mains avant de vous saisir de votre arme. Il en va de même avec le volant de votre 4X4.

Caoutchouc et Dura-Touch

La plaque de couche de votre arme ou les inserts en Dura-Touch améliorent grandement le confort d’utilisation de votre arme. Malheureusement, dans ce cas aussi, il faut veiller à ne pas mettre en contact ces matériaux avec du gel hydro-alcoolique. Le risque serait de voir votre plaque de couche ou vos inserts devenir collants. Une décoloration n’est pas à exclure non plus. Si vous constatez des dégâts, essayez de passer avec de l’eau savonneuse ou du talc.

Métal

Le métal ne risque pas d’être mordu par le gel. Par contre, si vous répétez régulièrement l’opération, le gel peut à terme ronger les substances appliquées sur le canon ou la carcasse pour lutter contre la rouille. Il est donc recommandé, dans ce cas-ci également, de bien sécher ses mains avant de toucher les parties métalliques d’une arme.

 

Vous voilà prévenus !