D’après moi, le petit gibier va du lapin au renard. Comme la majorité d’entre vous le sait déjà, j’en suis certain, ces deux populations requièrent une gestion attentive dans tout le pays. Je suis même prêt à parier que presque tous les chasseurs appuient sur la détente lorsqu’ils se trouvent face à un renard, dans les bonnes conditions.

La gestion de la population de renards

Ce mammifère est le plus grand prédateur du Royaume-Uni, car il n’y connaît pas d’ennemi naturel. De plus, la douceur des hivers lui permet de subsister. Cela implique également que l’on croise régulièrement des renards en piètre état, couverts de parasites, la fourrure abîmée, qui se nourrissent dans les poubelles des villages. Ils interagissent et se transmettent toutes sortes de maladies, qu’ils donnent aussi parfois à nos animaux de compagnie (chiens, chats ou autres).

Depuis peu, la gestion des populations de renards est devenue une activité commerciale, et certains en font même un métier à plein temps. Le contrôle des renards s’apparente à celui des cervidés, .

La gestion des renards est passée à un niveau supérieur : aujourd’hui, on dépense une fortune en équipements pour les repérer plus tôt, les appâter de plus loin, les tirer à plus grande distance, et des modifications incroyables sont apportées aux véhicules de chasse. Tout cela dans le but de mieux gérer les nuisibles.

La gestion de la population de lapins

En plus des renards, le Royaume-Uni doit également composer avec un nuisible qui se nourrit d’herbes et qui cause aux fermiers et propriétaires terriens plus de dégâts que ce premier. Plus petit et mignon aux yeux de certains, ce parasite détruit jardins, pelouses, cultures et systèmes d’irrigation. Le lapin commun est probablement le second nuisible le plus répandu au Royaume-Uni, après le pigeon.

S’il est conseillé d’utiliser une carabine à percussion centrale (pour un tir propre) pour la gestion des renards, tout convient pour les lapins ! Fusils, chasse aux furets, oiseaux de proie, pistolets à air, fusils à percussion annulaire, etc.

Afin de contrôler ces deux populations, les chasseurs s’équipent de torches, de lunettes de vision nocturne et de caméras thermiques à la pointe de la technologie, sans oublier les véhicules perfectionnés. La chasse nocturne des nuisibles devient presque un sport, ou une nouvelle discipline de tir à part entière, qui repose sur l’endurance, la concentration et la précision. Dans l’obscurité, il faut beaucoup de pratique et de talent pour effectuer un tir parfait. C’est pourquoi une carabine de bonne qualité est INDISPENSABLE au contrôle des nuisibles, et je suis heureux de vous annoncer que je possède une telle arme : la Browning T-Bolt Varmint .17HMR. Elle ne m’a jamais déçu…

 

Et vous, comment se passe la gestion des nuisibles dans votre pays ou votre région?