Il ne se passe pas une semaine sans que les anti-chasses, auto-proclamés seuls amoureux de la nature, fassent parler d’eux.  Face à un tel vacarme, on pourrait penser que l’Europe est devenue un jardin d’Eden pour animaux. Mais il n’en est rien.